Conversion

Origine : A l’origine, le taux de conversion est une notion de chimie qui désigne la fraction d’un réactif qui réagit lors d’une réaction chimique.

La conversion est une notion marketing large qui désigne la proportion de visiteurs ou destinataires d’une campagne ayant accompli une action recherchée.

Convertir un utilisateur signifie que celui-ci a réalisé l’action pour laquelle il a été sollicité (par exemple : création de compte, achat en ligne, visite en magasin…). Pour un site marchand, le taux de conversion peut être le ratio entre les acheteurs et les visiteurs (ou entre les actes d’achat et les visites). Pour une campagne d’e-mailing, il s’agira du ratio entre le nombre de visites générées et le nombre d’e-mails envoyés.

Cette notion n’est donc pas forcément marchande et dépend du contexte. De plus, ce pourcentage n’a intrinsèquement que peu de valeur, et le plus intéressant est d’en mesurer l’évolution à travers différentes livraisons d’incrément produit.

Par exemple:

  • réduire le nombre de champs dans un formulaire, rendre un CTA plus visible ou bien améliorer l’UX d’une Homepage sont des évolutions susceptibles d’améliorer un taux de conversion, et d’ainsi tendre vers un objectif fixé.
  • inversement, si une diminution du taux de conversion est constatée, des questions de performance, de mauvaise UX ou bien de mauvais ciblage de prospect pourront être levées afin de diagnostiquer la baisse d’efficacité du produit.

Il faut noter également qu’elle se distingue de la notion d’ “activation” qu’on retrouve dans le framework AARRR, cette dernière correspondant à une première utilisation du produit que l’on considère comme accomplie. La notion de conversion se situe ainsi plutôt entre les deux premiers “A”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *