Design Thinking

Inventeurs : Rolf Faste, Tim Brown

Le Design Thinking est une méthodologie d’innovation et un système de pensée permettant de faire émerger de nouvelles idées et de solutionner des problèmes. Développée à Stanford dans les années 80 en opposition aux méthodes analytiques “traditionnelles”, et affinée dans les années 2000 suite à l’émergence des méthodologies agiles de création de produits numériques, l’approche Design Thinking est itérative, empathique, et met l’accent sur le prototypage et la progression par l’échec.

Il existe de nombreuses méthodologies liées au Design Thinking ; toutes organisées autour de grandes étapes, pensées comme un cycle. Leur nombre varie d’une approche à l’autre.

  • Pour Rolf Faste, l’un des inventeurs originels du terme Design Thinking, le processus doit comporter 7 étapes : Définir, Rechercher, Imaginer, Prototyper, Sélectionner, Implémenter, Apprendre.
  • Jeremy Gutsche a ensuite développé un système en 5 étapes : Définir, Imaginer, Synthétiser, Prototyper, Tester.
  • Plus récemment, Tim Brown de Ideo a simplifié encore davantage l’approche Design Thinking, en l’orientant vers l’innovation produit et dans une perspective “marché”. Il distingue 3 étapes :
  • Inspiration : le problème ou l’opportunité qui motive la recherche de solutions
  • Idéation : le processus consistant à générer, développer et tester des idées
  • Implémentation : le parcours qui mène du projet au marché

Au départ conçu pour s’appliquer à la fabrication d’objets concrets, l’approche Design Thinking est de plus en plus utilisée dans le monde du logiciel ou du service.  On peut distinguer 4 principes clés pour la création de produits

  • Empathie avec les utilisateurs ou clients : une organisation centrée sur le design accorde une attention extrême à ses utilisateurs, leurs usages et leurs besoins. Elle a également tendance à utiliser davantage un langage émotionnel (centré sur les désirs et les expériences) que rationnel.
  • construction de modèles visuels : le design thinking préconise l’utilisation de diagrammes, maquettes, modèles pour explorer des solutions, prendre de la hauteur par rapport à un problème ou transmettre plus facilement une vision.
  • Prototypage : si les modèles explorent le domaine des problèmes à résoudre, les prototypes représentent les solutions. Ils peuvent être concrets ou numériques, mais forment le coeur de l’approche Design Thinking qui prône l’expérimentation et la validation des idées par les utilisateurs
  • Tolérance de l’échec : le caractère itératif du mode de pensée Design Thinking produit par nature de nombreuses solutions imparfaites ou ratées ; il est difficile de réussir du premier coup. Dans l’approche Design Thinking, l’échec est perçu comme une expérience positive, une source d’apprentissage.

La d.school de l’Université Stanford oriente son cursus autour de  cinq étapes :

  • Empathize : cette étape consiste à rencontrer des porteurs d’intérêt de manière à établir ce qu’ils font (DO), pensent (THINK), ressentent (FEEL), et disent (SAY)
  • Define : cette étape permet de cadrer le problème et de mettre en place un référentiel d’évaluation de la pertinence des idées
  • Ideate : cette phase permet de générer des idées, via plusieurs techniques (brainstorm, ateliers de divergences…)
  • Prototype : cette étape est clé et permet d’explorer des options ou de gagner en empathie par identification avec l’utilisateur final
  • Test : Cette phase permet d’affiner les solutions, d’avoir un retour de l’utilisateur et de raffiner la vision du produit

Pour aller plus loin : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *