Cyrielle Jourdren : de chef de projet à Product Manager, un vrai switch !

Cyrielle Jourdren : de chef de projet à Product Manager, un vrai switch !

Thiga est 4e du classement HappyatWork, le classement des entreprises où on est motivé et heureux ! Alors plutôt que de faire un communiqué de presse insipide, on est allé demander à quelques Thigirls et Thiguys de nous raconter ce qui les faisaient kiffer au quotidien. 2e portrait de notre série : Cyrielle.

Tout commence de manière classique : AMOA et cycle en V

Au départ, j’ai fait des études de commerce avec une majeure Management des Systèmes d’Informations. Durant mon année de césure, j’ai travaillé en agence web chez Isobar (devenu Iprospect) puis dans une start up digitale à Londres. Mon premier job a été dans le cabinet Lecko, un cabinet de conseil spécialisé dans la transformation digitale interne des entreprises. J’ai fait plusieurs missions en parallèle : l’objectif était vraiment de changer les méthodes de travail pour mettre davantage de collaboratif dans le quotidien, dans toute l’entreprise. On aidait les clients à structurer leurs outils et leurs pratiques.

Au bout de deux ans, j’ai eu envie de revenir sur des projets web et je suis entrée chez Viatys conseil, en tant que chef de projet digital.  Ce sont eux qui m’ont formée à l’agile et fait découvrir le rôle de Product Owner que j’ai exercé pour la première fois chez Michelin Travel Partner. Et là, révélation !

Passer du cycle en V à l’agile, c’est une révolution ! J’avais désormais un contact direct avec les développeurs. Les échanges étaient beaucoup plus simples et beaucoup plus réguliers, permettaient plus de réactivité. J’ai kiffé !

Dans le même temps, je changeais de métier : de celui d’AMOA à celui de Product Manager. En termes de positionnement client, et d’organisation au quotidien, ça change énormément de choses : tu as une vision beaucoup plus transverse sur le produit. Tu es pleinement responsable de ton produit.

Dans l’AMOA, tu reçois un besoin, exprimé souvent par le service marketing ou commercial, tu écris les specs, tu les envoies aux développeurs et au bout de 6 mois, une fois que le code est livré, arrive une grande phase de recette. Le processus est très long, manque de souplesse et tu te confrontes aux retours des utilisateurs une fois que c’est développé …

En tant que Product Manager, les tests utilisateurs sont au coeur de ton métier, les équipes de développement très proches, souvent un PM a une équipe de développeurs dédiée. Dans le fonctionnement agile, les cycles de développement sont plus courts et permettent plus de “test & learn”, indispensables pour faire un produit au top.

J’ai travaillé trois ans de manière “traditionnelle” avant de devenir PM. Ce double changement de méthodes et de métiers, c’est presque un switch !

Thiga : un état d’esprit people first

Passionnée par le métier de Product Manager, j’ai cherché une entreprise qui pouvait m’offrir uniquement des missions Produit. Thiga conciliait le positionnement de conseil, que j’appréciais, et la spécialisation en Product Management. Je voulais aussi une petite structure où les consultants se connaissent. Et me voici arrivée en mai 2017.

Cyrielle, 2e à droite, avec la team Thiga à l’accueil de La Product Conf, le 21 juin 2018

En ce moment, je suis chez ManoMano (marketplace spécialisée en jardinage et bricolage), dans la feature team chat, qui développe un outil de chat en interne, sur tous les pays, permettant à des passionnés de bricolage et aux agents du service client de donner des conseils en live aux visiteurs du site.

Le métier de PM est un vrai challenge. Tu es en relation directe avec différents métiers : les développeurs, les UX, les business owners, les équipes data, qui ont tous leurs propres besoins, méthodes, avis, idées de fonctionnalités… Un des plus gros challenges, c’est d’avoir toujours la bonne posture, le bon niveau de communication et d’écoute face à toutes ces parties prenantes mais aussi de savoir dire non et de justifier ses partis pris. Concilier les besoins utilisateurs sans perdre l’objectif business et porter une vision forte qui te permet de réunir l’ensemble des parties prenantes autour d’un même but : quand t’as réussi à faire ça, t’as tout gagné, mais c’est loin d’être facile et c’est assez prenant.

Être PM dans le conseil, c’est passionnant. Tu as l’opportunité de travailler pour des boites différentes, avec des contextes agile et des produits plus ou moins matures. C’est hyper stimulant, mais ça rajoute aussi de la difficulté. Tu changes de mission une à deux fois par an, ce qui implique de repartir de zéro en termes de connaissances sur le produit que tu gères. Tu dois monter en compétences rapidement afin de connaître le marché, les concurrents et surtout les utilisateurs. Mais aussi refaire ta place, ailleurs, et te familiariser avec de nouvelles équipes, process…

Happy at Work ? Oui ! Chez Thiga, nous avons de très belles missions. Il y a une réelle attention des managers pour les consultants. Ce n’est pas un commercial qui te manage mais un PM. L’état d’esprit est très constructif, positif, très people first. Si tu n’arrives pas à faire quelque chose, tu demandes sur slack et il y a une réelle entraide, sans prétention.

On se retrouve au moins 3 fois par mois, avec des moments de formation, les t-times, des remote days entre équipes où l’on partage des REX clients, et des moment festifs, les thigapéros. Et une fois par an, on va tous au Club Med. La boîte se développe : on a envie d’y croire et de faire partie de l’aventure.

Le challenge de Thiga aujourd’hui est double : garder l’esprit startup alors qu’on grandit, et ne pas se reposer sur la notoriété forte qu’on a actuellement dans le monde du product management car la concurrence augmente. Il y a de plus en plus de Product Managers, et ils sont toujours meilleurs.

 

Inscrivez vous à notre newsletter

- Les articles du blog directement dans votre boîte mail

- Une revue de presse du Product Management

- Pas plus de deux mails par mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *