Products Managers, musclez vos entretiens !

Récemment, j’ai rencontré une Product Owner junior qui souhaitait postuler à différents postes de PO / PM. Nous avons listé ensemble ce qui faisait la spécificité de ce rôle et donc comment se préparer au mieux à des entretiens.

Pour écrire cet article, je suis donc parti de mon expérience de candidat, avec ou sans succès d’ailleurs, mais aussi des pratiques que j’ai pu recueillir auprès d’autres Product Managers, notamment chez Thiga où nous faisons passer beaucoup (vraiment beaucoup) d’entretiens. Si vous êtes de l’autre côté, lisez donc cet article sur les questions à poser 🙂

You’re gonna kill it!

Savoir s’évaluer et se positionner en tant que Product Manager 🏋️

Sans vouloir paraphraser un philosophe grec qui se re-connaîtra, il est important de se connaître et de s’évaluer avant de commencer tout processus de recrutement. OK, c’est sympa, mais concrètement 🤨, comment réussir à s’évaluer, ou du moins à objectiver et justifier ses compétences, surtout lorsqu’on est junior ? À date, il n’existe pas de formation ou de parcours type pour le poste de Product Manager.

Et là, le framework de Thiga est votre meilleur ami. Le caractère pluridisciplinaire du poste oblige à se positionner sur un ensemble de compétences. Mais on peut en distinguer deux grands ensembles.

Le « coeur de la cacahuète », ce sont les compétences liées à l’agilité et à l’ownership. Dans notre livre Agile Product Management, on retrouve les outils et les méthodes du product ownership de ladite cacahuète.

Ensuite, selon les parcours individuels et les expériences, les profils de Product Manager peuvent prendre une teinte différente, selon deux approches :

  • des profils PM Full Stack : où la personne cherchera à maîtriser l’ensemble des domaines du framework (vision 360°).
  • des profils PM experts : où la personne construira son parcours autour d’une ou quelques expertises (vision verticale).

Je m’auto-évalue, tu t’auto-évalues, il/elle… 👩‍🏫

Au risque d’enfoncer une porte ouverte, je rappelle qu’on gagne à être honnête sur ses compétences au moment d’un recrutement. Pour chaque partie du framework, évaluez si vous êtes plutôt :  

  • Néophyte : je ne connais pas ces notions ni ce qu’elles impliquent.
  • Vernis : je connais ces notions et sais les placer dans un contexte sans pour autant pouvoir en expliquer l’ensemble des enjeux.
  • Autonomie : j’ai mis les mains dans le cambouis.
  • Expertise : je suis en mesure de prendre du recul sur ces notions et peux accompagner des personnes pour les faire monter en compétences et en autonomie.

Le Product Management fait appel à des compétences utilisées dans beaucoup d’autres domaines : donc utilisez vos expériences hors produit stricto sensu. Rares sont les personnes qui ont réalisé toute leur carrière dans le produit, vous ne trouvez personne avec 15 années d’expérience en Product Management. Mais vous trouvez de jolis parcours avec des compétences acquises au fil de l’eau et de formations ad hoc comme celui de Nicolas ou de Cyrielle.

Ne pas se prendre les pieds dans le tapis en étude de cas 🤹

Les études de cas ! Vaste sujet ! Lisez les articles sur Medium par exemple ou des livres dédiés au sujet si vous souhaitez être vraiment méga préparés. L’étude peut être focalisée sur un domaine / une expertise. Par exemple, dans un contexte donné, comment s’assurer qu’une feature couvre bien les besoins utilisateurs ou bien comment prioriser un ensemble de besoins ? Mais elle peut aussi chercher à traiter une démarche Produit exhaustive, où il sera demandé de gérer une brique fonctionnelle de bout en bout selon certaines hypothèses partagées. Cette approche varie selon l’activité des entreprises et le positionnement des produits : un produit B2C sera plus sensible aux enjeux et aux techniques de growth par exemple.

Ensuite, utilisez des réalisations mises en place lors de missions ou de postes précédents, dans vos études de cas. C’est une force, et souvent les candidats parlent de leurs réalisations passées au moment des discussions classiques et ne s’en servent pas lors des études de cas. Or, il est toujours pertinent d’illustrer ses affirmations avec des livrables concrets, s’ils ne sont pas confidentiels, cela va sans dire. Vous pouvez même jouer le jeu à fond et prévoir un corpus de livrables clés pour montrer ce que vous avez pu produire. Il peut être difficile de produire quelque chose de parfait si vous devez sketcher en live des écrans ou des wireframes. Donc en complément de l’exercice sur le sujet donné, vous pouvez présenter des exemples de réalisations produites sur vos expériences précédentes.

Enfin, la nature éclectique du poste et l’importance de l’adaptabilité se mesurent bien lors d’une étude de cas. On y testera donc la capacité à comprendre un contexte et à s’approprier les enjeux d’un secteur, mais aussi l’intelligence situationnelle du candidat en réalisant parfois des jeux de rôles où les interlocuteurs adoptent des profils très différents.

Retour aux bases🤓

L’idée n’est pas de vous apprendre à passer un entretien pour n’importe quel poste, sur ce sujet on trouve facilement beaucoup de contenus, mais plutôt d’attirer l’attention sur des réflexes appréciés spécifiquement pour un poste de PM.

N’oubliez pas de montrer votre capacité à challenger et à adopter un œil critique. Travaillez en amont sur le(s) produit(s) de l’entreprise où vous candidatez : quelles sont les fonctionnalités qui selon vous pourraient être optimisées ou ajoutées ? Quels sont les cas d’usages que vous trouveriez pertinents et qui ne sont pas couverts actuellement ? D’ailleurs, il est fort probable que l’on vous pose la question ! Allez lire les avis sur les stores applicatifs ou les forums.

On vous demandera également de prendre du recul sur les compétences du Product Manager, en sachant en exprimer les forces et les faiblesses et en adapter les pratiques. Savoir douter et s’adapter fait partie du mindset attendu chez un PM, pensez aux racines Lean Startup du poste.

Voici les sujets sur lesquels il faut que ayez des convictions 💪

  • Dans quel contexte privilégier KANBAN plutôt que SCRUM ?
  • Quelle taille parfaite pour une équipe ?
  • Quelle langage privilégier dans un contexte donné ?
  • et pour ne pas être piégé, lisez l’ article sur les questions à poser conseillé plus haut.

La note finale 🎶

Enfin, pensez à être à jour sur les dernières actualités ou tendances autour du Produit avant de passer vos entretiens. Appuyer sur les nombreux :

Last but not least ! Le conseil que je pourrais vous donner concerne le vocabulaire, notamment le vocabulaire à éviter en entretien. Eviter les phrases dignes de notre cher pipotron (article qui vous permettra de vérifier ce qu’est un discours qui ne veut rien dire). En somme, ne cherchez pas à jargonner si vous ne maîtrisez pas les termes. Expliquez ce que vous avez fait avec le vocabulaire que vous maîtrisez, cela reflétera mieux votre compréhension. Parfois le fond et les convictions sont justes, mais la précision du vocabulaire est à améliorer. Dans ces situations rassurez-vous, en cas d’erreur sur les termes vous aurez souvent dans vos organisations un coach agile pour vous taper sur les doigts ;-).

Voilà. Un Product Manager averti en vaut deux. Good luck ! 🍀

Do your homework – récap👩‍🎓

Liens Blog Thiga

Autres liens

Inscrivez vous à notre newsletter

- Les articles du blog directement dans votre boîte mail

- Une revue de presse du Product Management

- Pas plus de deux mails par mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *