Le "Stand-Up Program" : comment impliquer les parties prenantes

Le "Stand-Up Program" : comment impliquer les parties prenantes

J’ai eu l’occasion d’expérimenter un nouveau type de stand-up : le « stand-up program ».

Principe

Un « stand-up program » rassemble vos parties prenantes de niveau middle management. Sa mise en place me semble pertinente dans deux cas de figure :

Cas 1

De nombreuses parties prenantes (plutôt internes, pas toujours agiles) interviennent sur votre produit. Vous avez donc identifié que la bonne réalisation de ce dernier dépend de leurs actions/livrables/plannings.

Cas 2

Votre produit fait partie d’un programme stratégique pour l’organisation. Le middle management transverse a besoin d’un suivi régulier.

Le « stand-up program » permet de maintenir sur la durée un bon suivi des actions et une escalade des problèmes rencontrés pour une prise de décision rapide.

Dans tous les cas, il s’agit de mettre l’accent sur la visibilité du produit et l’implication des acteurs au sens large.

Le format et le contenu

A l’inverse d’un stand-up classique où chaque personne parle l’une après l’autre, le Product Owner en tant qu’animateur (puisqu’il a une vision transverse) balaye tous les sujets, remonte les informations pertinentes et s’assure du suivi des actions.

Un support visuel est donc indispensable. Je conseille le tableau blanc comme support puisqu’il permet une mise à jour simplifiée et l’utilisation d’un code couleur.

standup-program-thiga-blog

Dans le cadre de ma mission actuelle, j’ai choisi d’organiser le « stand-up program » de la manière suivante :

  • Je commence par un focus sur le sprint en cours : les fonctionnalités embarquées et la valeur ajoutée pour le produit, les éventuels sujets du prochain sprint puis les informations notables (congés, alertes,…). Dans cette partie, il peut être intéressant d’afficher le burn-up chart.
  • J’ai ensuite dédié un espace à chacun des partenaires afin de suivre les demandes et faire un point « collaboration » (le mode de fonctionnement avec le partenaire est-il efficace ?).
  • Enfin, je termine par une vue roadmap à 3 mois avec l’avancement de chaque MMFs (Minimum Marketable Features), les demandes d’arbitrage et les éventuels risques identifiés.

Il est également possible d’ajouter un espace « indicateurs produit » avec les KPIs clés de votre produit.

Le « stand-up program » est un bon exercice de synthèse, les auditeurs (souvent le middle management ou Product Owners) doivent sortir de ce point avec une vision claire de l’avancement à date, des points durs et des actions à mener de leur côté.

Il est conseillé d’adapter la fréquence de votre « stand-up program » aux besoins. Si votre projet est en bonne santé, un point hebdomadaire est suffisant. La durée totale quant à elle ne doit pas dépasser 30 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *