Ne développez pas une « zombie app » !

Le marché des applications mobile est toujours à la hausse en 2017 et les prévisions estiment que cette tendance persistera dans les années à venir.

Revenus mondiaux des applications mobiles en  2015, 2016 et 2020 (milliards de $) Source : https://www.statista.com/statistics/269025/worldwide-mobile-app-revenue-forecast/

Plus que jamais, il est donc tentant pour un éditeur de produits de développer une application mobile. Cependant, il existe également  de nombreuses raisons pour lesquelles vous ne devriez pas suivre cette tendance et faire l’impasse sur une application mobile. Découvrez dans cet article les 8 principales, qui vous éviterons d’investir de l’argent dans une « zombie app » que personne n’utilisera :

1. Trop d’applications pour un seul cerveau

La concurrence pour l’attention de l’utilisateur sur son smartphone est féroce et ni son temps, ni la mémoire de son terminal ne sont extensibles.
Voici quelques chiffres à garder en tête :

L’évolution de l’usage dans le temps montre bien une compétition de plus en plus forte entre les apps pour obtenir l’attention de l’utilisateur : en moyenne, en dépit de l’augmentation du temps passé sur les smartphones, le nombre d’app utilisé par chaque utilisateur reste globalement stable (note : les statistiques ci-dessous concernent les USA).Source : http://www.nielsen.com/us/en/insights/news/2016/wanna-get-away–travel-app-usage-increases-among-americans-who-w.html

2. Un développement coûteux

Côté matériel, ce n’est pas bien compliqué : une machine de travail, un compte chez Amazon Web Service pour héberger vos services backend et vous pouvez lancer le développement de l’application de vos rêves, future licorne du mobile.

Mais côté ressources humaines, cela se complique. Si vous souhaitez faire du développement natif, à moins de trouver un mouton à cinq pattes, il vous faudra au moins un développeur Android et un développeur iOS. Pour dimensionner l’équipe, vous devez également bien mesurer l’investissement humain nécessaire pour répondre à vos objectifs.

  • avez-vous besoin de mettre votre app à jour régulièrement ?
  • avez-vous besoin de répondre à un SLA fort ?
  • risquez-vous une forte perte de revenus si un bug majeur arrive en production au milieu du mois d’août ou des vacances de Noël ?

Si vous répondez oui à une de ces questions, alors deux développeurs mobiles ne seront pas suffisants pour atteindre vos objectifs.

Quant aux salaires, voici quelques fourchettes issues d’une étude récente.Source : https://jobprod.com/salaires-developpeurs-2017/ios-android-mobile/

3. Les difficultés de recrutement

Le marché est très tendu sur les compétences de développement mobile.

Ce sera à vous de convaincre les développeurs de vous choisir et de les motiver régulièrement pour limiter le turn-over.

Même dans les grosses start-up tech, qui ont pourtant un attrait naturel pour les profils de développeurs, on entend régulièrement le CTO défendre un projet de refonte technique en avançant l’argument du recrutement : “il faut migrer tel composant sur telle techno ou bien on n’arrivera plus à recruter”.

4. La dépendance face à Apple et Google

Vous serez obligés de passer par une étape de soumission de votre application mobile aux stores de Apple et Google. Les règles de rejet sont complètement subjectives et décidées unilatéralement par ces deux entreprises.

Sur la doc officielle de l’App Store d’Apple vous pouvez d’ailleurs lire :

“Not enough lasting value :

If your app doesn’t offer much functionality or content, or only applies to a small niche market, it may not be approved. “

Si les contenus proposés par votre produit sont (parfois) politiques ou violents, ou bien si votre produit est en concurrence avec un produit édité directement par Apple et Google, préparez-vous à rencontrer des difficultés fortes lors de vos soumissions. Ce sont aussi des délais à prendre en compte dans votre roadmap car ils impacteront votre TTM.

5. Les difficultés à gérer plusieurs versions de votre produit mobile

Quand vous allez pousser sur le store la version 1 de votre app, tout va bien se passer (dans le meilleur des cas), et quelque temps après, vous allez publier la version 1.1 de votre app.

Mais tous les utilisateurs de la version 1 de votre app ne vont pas faire la mise à jour au même moment. Vous allez donc être confronté à une période pendant laquelle deux versions de votre produit seront en ligne.

Cela signifie que tous les services back, api ou autre services tiers utilisés par la version 1 devront être maintenus.

Cela signifie également que, si vous avez modifié votre politique de pricing ou la présentation de votre produit, les deux versions seront parallèlement consultables par vos utilisateurs.

Il existe plusieurs moyens de contourner cette problématique (appel de contenu externe via api ou page web, dispositif pour forcer les mises à jour…), mais il faut y penser dès votre version 1, ce qui coûte du temps et donc de l’argent.

6. Le progrès des technologies web mobile

Le système de “Progressive Web App” (PWA) poussé par Google permet de répondre à la majorité des enjeux soulevés par un usage mobile :

  • la gestion des cas de perte de connexion

La mise en place de Service Worker permet un fonctionnement hors ligne de la PWA. Un site de e-commerce pourra afficher sans connexion les fiches produits déjà visitées, ou les articles déjà ajoutés au panier.

  • la réactivité des interfaces

La PWA repose sur le concept de Application Shell qui permet un affichage quasi instantané de l’interface de la même manière que le permet une application native.

  • l’immersion

Pour favoriser au mieux l’engagement et l’immersion de l’utilisateur, il est possible d’utiliser un affichage en plein écran, de colorer la barre de statut du smartphone, d’afficher votre favicon sur l’écran d’accueil du smartphone.

  • les notifications push

La mise à disposition de Push API, Notification API et du protocole Web Push permettent à une PWA de recevoir des notification push. Pour rappel, en moyenne, les utilisateurs qui ont accepté les notifications push ont une rétention 3x supérieure à ceux qui l’ont refusé.

Les technologies des PWA ne sont pas encore compatibles avec tous les  navigateurs mais leurs développements sont rapides.

Pour vous rendre compte du potentiel offert par une PWA, je vous invite à visiter le site https://pwa.rocks/.

Et en attendant un support plus massif de cet ensemble de techniques, vous aurez une compatibilité optimale avec le navigateur Chrome sur un smartphone Android.

7. La problématique d’acquisition d’utilisateurs via les réseaux sociaux

Si votre acquisition se fait principalement via les réseaux sociaux, il est d’autant plus important de proposer une expérience web mobile efficace.

En effet, un nouvel utilisateur n’a, par définition, pas encore installé votre application.
Donc, la première fois qu’il va cliquer sur un lien que vous aurez publié sur Facebook, Twitter ou tout autre réseau social, il sera dirigé vers votre site web mobile. Et c’est votre site web mobile qui devra répondre à son premier souhait, à savoir : “je veux en savoir plus sur ce contenu”. Vous devez d’abord répondre à cette attente afin de lui donner envie de découvrir les fonctionnalités de votre application mobile.

Installer une application mobile demande plusieurs efforts à votre utilisateur (saisie de mot de passe, attente du téléchargement, écrans de splashscreen…) vous devez donc le convaincre de l’intérêt de votre produit le plus tôt possible, soit dès son premier “contact” avec votre site web mobile.

Une fois que vous avez investi le temps nécessaire pour avoir un site mobile le plus efficace possible, il est toujours temps de se poser la question de l’intérêt de développer une application mobile en plus.

8. La gestion chronophage des commentaires clients

En étant présent sur les stores Apple et Google, vos utilisateurs vont pouvoir noter et commenter votre application mobile. C’est un bon moyen d’avoir un feedback utilisateur, mais il faut savoir le gérer.

Cela signifie l’ouverture d’un nouveau canal de discussion avec vos utilisateurs. Vous devez donc intégrer à votre planning le temps que votre équipe devra dédier à cette tâche.

Prenons un exemple concret, si votre service rencontre un problème d’indisponibilité pendant 1 heure, vous allez mécontenter x utilisateurs, parmi lesquels certains vont être suffisamment déçus et énervés pour vous laisser une mauvaise note sur le store. Par conséquent, ces notes seront visibles et auront un impact négatif sur votre image et votre taux d’acquisition.

Source:  https://www.kahuna.com/resources/how-app-store-ratings-impact-app-downloads/

Vous ne pourrez pas effacer ces mauvaises notes, il est donc essentiel que vous y répondiez, et ce assez rapidement.

Conclusion

Etant donné les efforts que nécessitent le développement, la distribution et le suivi d’une application mobile, il est essentiel que celle-ci apporte une valeur forte et identifiable pour vos utilisateurs.

Quel que soit votre produit, vous devez convaincre votre utilisateur d’installer votre app, de l’utiliser et de la garder. Vos arguments doivent être forts et clairs. Si vous avez du mal à verbaliser vous-même la valeur offerte par votre application mobile, ou a construire un « use-case » mobile clair, alors vous vous apprêtez sûrement à développer une app Zombie et vous devriez peut être changer vos plans d’investissements.

Et si vous hésitez, une bonne piste de travail pourrait être de suivre les principes méthodologiques du lean startup : tester vos hypothèses avant de les développer.

Concrètement, plusieurs options peuvent s’offrir à vous :

En tant que Product Manager, vous devez diminuer au maximum le risque avant de vous engager dans des développements dont l’issue est parfois incertaine.

Alors, au boulot 🙂 !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *